Portrait – Roberto Dardini

Fils de bûcheron, Roberto passe toute son enfance au cœur des forêts Alsaciennes où il y développera son sens de l’observation et son amour de la nature.  A 13 ans, il quitte l’école et intègre les cuisines d’un grand restaurant alsacien en tant qu’apprenti. Cette expérience lui fait quant à elle très tôt acquérir un sens de la rigueur et du travail qui lui servira tout au long de son parcours. Après quelques années en tant que professionnel de cuisine, il part voyager autour du globe et découvre notamment le Japon, le Canada et l’Italie.  Il va s’imprégner de ces différentes cultures et mouvements artistiques, ce qui contribuera fortement au développement de son style de tatouage par la suite.

Roberto Dardini - Tatoueur chez Les Derniers Trappeurs, Paris

De retour en France, Roberto travaille comme chef de cuisine, patron de bar puis garde du corps – physionomiste avant de débuter dans le tatouage en 1998.  Après quelques années à se développer et se perfectionner, il ouvre en 2004 le studio Art Corpus au centre de la capitale. Fort du succès de la boutique, il initie et organise le salon de tatouage international « Tattoo Art Fest » durant quatre années consécutives.

En 2013,  Roberto lance un nouveau projet : « Les Derniers Trappeurs » ; qui débute par l’achat d’une bergerie dans la région Ariègeoise. Son souhait est de joindre le tatouage à un environnement naturel unique pour faire vivre une expérience différente à sa clientèle. Cette bergerie se situe en effet en pleine forêt et est en complète autarcie (électricité, récupération des eaux, pèche, chasse, etc..). L’aventure « Les derniers trappeurs » se poursuit en Juillet 2017 par la création d’une nouvelle boutique parisienne dédié au tatouage. La volonté de Roberto est cette fois-ci de créer un espace différent de tout ce qui se fait actuellement: grand local, matériaux nobles, pièce de travail individuelle et une ambiance conviviale, familiale et personnalisée.

Roberto Dardini - Tatoueur chez Les Derniers Trappeurs, Paris

Fort de ses vingt ans d’expériences dans le tatouage, Roberto propose un style trash poétique personnel en couleurs ou noir et gris. Il cherche dans chaque projet qu’on lui confie à mettre le corps en valeur et ce en créant des pièces ayant un fort impact visuel tout en restant lisible au premier coup d’œil. La nature, la construction visuelle japonaise et l’art nouveau, sont, pour ne citer qu’elles,  les influences que l’on peut retrouver dans ses pièces. Mais c’est avant tout sa maitrise de la composition et son utilisation de différentes techniques telles que le travail en négatif ou celui d’empreinte qui font de lui un artiste au style unique et reconnaissable.

Roberto Dardini - Tatoueur chez Les Derniers Trappeurs, Paris

En parallèle de son activité en tant que tatoueur, Roberto s’investit donc dans le développement du projet « Les Derniers Trappeurs » que ce soit au travers de la boutique parisienne mais aussi par l’organisation d’évènements et expériences uniques tel que par exemple des séminaires tatouage au studio privé de la Bergerie.

Enfin, et pour continuer à enrichir son univers artistique, il cherche aussi à s’impliquer de façon plus intensive dans sa recherche d’empreinte naturelle et dans la photographie.

 

 

Retrouvez le travail de Roberto Dardini sur sa page, et son actualité sur Facebook.